La majorité départementale interpelle Stéphane Le Foll sur la crise agricole.

com

Lors de la dernière séance plénière du Conseil Départemental, la majorité a interpellé la ministre de l’agriculture sur la crise qui touche nos agriculteurs Meusiens.

Soulignant la dégradation des prix de vente inférieurs aux coûts de production, des charges fiscales et sociales trop élevées, une pression normative et réglementaire trop importante et l’obligation de l’indication de l’origine des produits agricoles insuffisamment appliquée, les élus de la majorité ont dénoncé des mesures ponctuelles insuffisantes ne réglant pas les problèmes de fonds.

Convaincus que les solutions ne peuvent être régler que sur le plan national et européen, plusieurs propositions ont été faites en ce sens :

  • la prise en compte par les entreprises de l’agro-alimentaire et de la distribution des coûts de production dans les prix pratiqués ;
  • un allégement des charges fiscales et sociales qui pèsent sur l’agriculture afin de donner aux agriculteurs les moyens de résister aux fluctuations du marché
  • une réelle prise en compte au niveau européen de la crise agricole pour donner de la lisibilité à l’agriculture : crédits à l’importation, lever de l’embargo Russe, plan européen de stockage pour désengorger le marché de la surproduction de lait et de viande ;
  • la mise en place d’un moratoire des normes avec une réelle simplification normative ;
  • la mise en avant de l’origine France par les industriels de la distribution avec l’obligation d’un étiquetage « Viande de France ».

Alors que la loi NOTRé limite considérablement la capacité d’intervention du département en matière de soutien à l’agriculture, l’aide à la diversification pourra être maintenue. Une action plus large peut être entreprise pour développer les circuits courts et l’approvisionnement de la restauration collective en produits agricoles de proximité (collège, EHPAD…)

Nous avons souhaité réaffirmer la place importante que tient l’agriculture dans l’économie Meusienne, c’est pourquoi le département souhaite démontrer son soutien et sa solidarité au monde agricole.

Alors que la loi NOTRé limite considérablement la capacité d’intervention du département en matière de soutien à l’agriculture, l’aide à la diversification pourra être maintenue. Une action plus large peut être entreprise pour développer les circuits courts et l’approvisionnement de la restauration collective en produits agricoles de proximité (collège, EHPAD…)

La majorité départementale interpelle Stéphane Le Foll sur la crise agricole.
Print
Repost

Commenter cet article